Une journée de Deep Water

Février 2010 :

Les faits se déroulent le 17 février 2552, date Thaïlandaise.

C'est l'histoire d'une belge, de trois suisses, de trois français et des quatre GG boys. Ces onze francophones ne vous raconterons pas de blagues mais leur journée « Deep Water Soloing ».

Cette activité, aussi appelé « Psyco Bloc » en Espagne consiste à grimper sans aucun système d'assurage (ni parade ni matériel), le tout au dessus de la mer, lorsque le grimpeur chute, il tombe dans l'eau, ce qui est à la fois simple, ludique et dangereux.

9h - RDV fixé la veille, plage de Ton Saï
9h30 - Arrivé des trois derniers, l'horlogerie suisse, n'est plus ce qu'elle était.
- Fin des négociations avec les conducteurs de « Long Thaï » (si vous ne savez pas se que sait, retournez lire l'arrivé à Ton Saï)
10h - Départ,
10h30 - Après une traversée, sur un océan bleu azur nous arrivons au site. Ces horaires sont approximatifs et non contractuels étant donné qu'ici personne ne vit avec une montre.

Arrivé au secteur comme des petits fous, nous faisons des navettes en canoës entre les long thaï et la falaise. L'appréhension est présente, plus ou moins en fonction de chacun, des traversées juste au dessus de l'eau entre les grosses stalactites pour commencer puis tout le monde prend au fur et à mesure de la hauteur.
Une grosse fissure découpe le plafond, le tout à environ sept mètres, cela est déjà un très bon échauffement physique mental.
A part cette ligne de faiblesse aucune voie est clairement apparente, ce qui favorise une grimpe anarchique mais de belles pauses en groupe sur des terrasses.

Tout ceci se retrouve aisément sur les photos.

Changement de secteur, changement d'ambiance. Trois itinéraires, trois ambiances.

Le premier, une grande traversée de trente mètres à 7 mètres au dessus de l'eau, sur d'énormes stalactites.

Le second, moins haut, cinq mètres, est une suite de boules, qui explosent les avant-bras à vitesse « Mac Boul » (dédicace à Valou le Millavois), celui-ci malgré sa faible hauteur est impressionnant car tu te retrouves dos à la mer, en cas de chute l'objectif est d'éviter le plat dos.

Le troisième est la voie devenu mythique grâce à la vidéo « Mammut » où l'on voit Cédric Lachat et David Lama la grimper. Tout le jeu consiste à escalader sur sept mètres une stalactite géante qui permet d'arriver au dessus du premier toit, puis dans un style « cheminée » on traverse entre la face et une autre stalactite, un coup sur l'une, un coup sur l'autre. Après quelques mètres horizontaux la voie débute réellement. Tous les ingrédients sont présents dans cette ligne: plats, mono, réglettes et bien entendu le plus important pour cette voie deep water, le crux à 15 mètres.

15h30 - Retour

En conclusion, une belle journée au soleil, au millieu de l'océan, avec un petit groupe bien sympatique.