Les GG boys à Las Vegas

Juin 2010 :

A travers le monde cette ville fait beaucoup parler, pour certains il s'agit d'un rêve pour d'autres un scandale. Créer ce lieu en plein désert, tel un mirage était forcement une idée paradoxale.

En direct pour vous, les derniers reporteurs de la GG Team, les plus rigoureux, ont testé cet univers. On entend toutes sortes de choses au sujet de Vegas. Milieu du vice : où divers jeux mélangeraient hasard et argent, où la prostitution et la luxure seraient à tous les coins de rue, et bien cela est vrai...

La ville n'a aucune âme : ni histoire, ni culture, une seule rue fait toute sa réputation : Le « Las Vegas Boulevard », aucune famille s'y promène, et si on est amené à en croiser une, on se s'en mal pour elle. Tous les bâtiments sont exubérants et à l'effigie de la réussite, de la gloire, d'une grande enseigne commerciale, seuls trois coloris sont disponibles bronze, argent, ou or. Tous les cents mètres, on nous propose de petite carte, au format « Panini », dessus une femme dénudée accompagnée de son numéro. Rien ne semble réel ou sincère.

Nos sentiments sont communs : « Putain, c'est trop bon, on est à Vegas ».

Tout est gigantesque. Pour éviter de trop solliciter quelques sensibles ménisques, nous prîmes la voiture pour un demi mile, oui nous avons honte, mais nous nous adaptons aux traditions locales. Quoi qu'il en soit deux minutes après avoir allumé le contact, nous nous sommes perdus. Lorsque j'utilise le mot perdu c'est pour dire que nous nous ne trouvons pas dans l'artère principale, mais juste sur sa parallèle. Faisant nuit, les seuls lumières qui éclairaient notre route étaient les néons, étendus sur plusieurs miles, des devantures de « Peep Show ».
Après avoir négocié l'entrée, reste de notre passage en Inde et en Thaïlande, nous avons enfin pu assister aux spectacles qui rendent si célèbre Las Vegas. Afin de pousser ce reportage, il nous a fallu nous faire violence, en prenant place aux « Table Dance », et c'est là que nous avons appris qu'un billet d'un dollars pouvait aussi se plier dans le sens de la longueur.

En conclusion, l'escalade à Vegas n'est pas facile et nous ne savons toujours pas si c'est dû au style de grimpe ou bien au cotation Américaine.


Hervé